notre vidéothèqueTous les films

Récits de Fukushima

Alain de Halleux, 2012, France, 64’


Pour la troisième année consécutive, on retrouve les amis de Sortir du nucléaire 15 pour une projection-débat militante autour de la question du nucléaire. Une fois de plus, c’est L’arbre à pain qui nous accueille à bras ouverts pour cette soirée.

Du sensible pour rendre compte de ce que tous les compteurs Geiger ne réussiront jamais à traduire en chiffre. Qu’est ce qu’il se passe dans la vie d’un homme lorsqu’il est confronté à un évènement d’une telle ampleur et d’une telle absurdité ?


Le réalisateur belge Alain de Halleux part à la rencontre de familles de Japonais et d’expatriés, confrontés au quotidien à la radioactivité. Un "ennemi invisible" qui a bouleversé leurs vies. Mesurer la radioactivité de son environnement, de sa nourriture, tenter d’obtenir des informations fiables... Et finalement, quitter Fukushima ?

De quoi ça cause ?

Aujourd’hui à Fukushima, les Japonais affrontent au quotidien un ennemi invisible : la radioactivité, qui compromet le futur de cette région et du pays. La population commence à se lever pour dire son désespoir et sa colère. En partant à ...la rencontre de familles, Alain de Halleux donne la parole à ces Japonais ordinaires confrontés à une situation sidérante : des rencontres qui nous révèlent les angoisses, les espoirs, les bouleversements majeurs vécus par ces parents et ces enfants.

S’éloigner de Fukushima, voire quitter le Japon, mesurer la radioactivité de son environnement et de sa nourriture, tenter d’obtenir des informations fiables à partir desquelles prendre une décision qui engage toute la famille... autant d’interrogations et de défis auxquels sont confrontés Royko et David, Eko, Kento et les autres.

L’auteur et réalisateur, Alain de Halleux, poursuit ici son travail sur les enjeux et les risques du nucléaire initié avec “RAS, nucléaire, rien à signaler” (2009) et “Tchernobyl For Ever” (2011).


La réclame


Un message du doc

Message de Alain de Halleux depuis Fukushima dimanche 13 novembre 2011

"- Imaginons que les centrales nucléaires n’explosent plus jamais.

- Imaginons que les déchets nucléaires trouvent enfin leur tombe pour des millénaires, et que les générations futures n’en soient pas affectées.

- Imaginons que la communauté internationale arrive enfin à régler le problème du réacteur numéro 4 de Tchernobyl, et que les Japonais opèrent un coup de baguette magique et arrivent, eux, à bâtir 4 sarcophages autour des réacteurs bourrés de combustible, et ce, en zone hautement sismique.

- Imaginons qu’aucune guerre ne prennent les centrales nucléaire comme cible.

- Imaginons que le grand effondrement économique qui se profile n’affecte en rien la sécurité des réacteurs, et que les travailleurs de l’atome, déjà maltraités, s’occupent malgré tout de leur entretien.

- Imaginons !"


Kikiafékoi

Montage :Linda Ibbari

Image et son :Alain de Halleux

Musique originale :Michel Berkmans

Mixage :Guillaume Valeix

Assistant réalisateur :Shintaro Yanagi

Production :Crescendo Films


    Depuis 2013 que nous savons archiver les dates des séances, ce film a été ou sera projeté :
    Le 19 février 2013 à 18h30 à Aurillac, Biocoop l'Arbre à Pain